Par Marion Heusèle, juriste assistant